Blog brekr

Avec KPN, le deux-roues motorisé électrique Brekr est connecté

Le deux-roues motorisé de demain nous vient des Pays-Bas. C’est en effet là qu’une start-up néerlandaise a créé en 18 mois le Brekr, un deux-roues motorisé électrique connecté. Que ce soit en termes de concept, de pièces détachées, de fonctionnalité intelligente ou encore de modèle commercial: le Brekr est un concentré d’innovation. Et grâce à KPN, il est aujourd'hui aussi « connecté ».

L’idée du Brekr a germé dans les esprits de l’entrepreneur Niels Willems et de son compagnon Jasper Hagedoorn. « Nous passons du carburant à l’électrique, mais les deux-roues motorisés conservent le même aspect. Les deux-roues motorisés électriques et à carburant sont tous deux dotés d’une sorte de réservoir d’essence. Pas très logique, car il est en fait nécessaire de placer la batterie et le centre de gravité le plus bas possible. Nous avons donc inversé la conception du Brekr. »

Niels Willems s'est lancé en 2018 dans la conception du Brekr avec deux experts techniques et un designer. Le concept est très différent de celui d’un deux-roues motorisé électrique traditionnel, avec une batterie placée très bas, de grandes roues et un cadre en aluminium. « Un deux-roues motorisé est bien entendu aussi un produit de confort dont l’aspect doit être attractif. Le bel historique des deux-roues motorisés se retrouve donc naturellement dans le Brekr. »

Prévention contre le vol et traçage

Grâce à KPN, le Brekr est aujourd'hui connecté. Équipé d’un module GPS et d’une carte SIM, le deux-roues motorisé est aussi connecté à l’application Brekr. L’application fournit des informations sur les trajets effectués, la localisation et d'éventuels usages suspects. « Si votre Brekr est soulevé ou si quelqu’un le percute, vous recevez un message. Vous pouvez également instaurer une geofence, ou barrière géographique, autour de votre maison. Si le Brekr sort de cette zone, c'est que quelqu’un tente de le voler. »

Tout propriétaire d'un scooter sait que ce risque est réel. « À Amsterdam, il est pratiquement certain que votre Vespa sera volée en un an, ou deux au maximum », explique Niels Willems. « Les primes d’assurance sont par conséquent très élevées. Nous avons recherché une solution à ce problème avec le Brekr. Si le Brekr est volé, vous appuyez sur le bouton « vol » dans l’application. Des enquêteurs professionnels se mettent tout de suite au travail. »

Ce mécanisme s’est avéré extrêmement efficace. Des voitures et motos très chères équipées d’un tel système sont souvent retrouvées sous 48 heures. Par ailleurs, la fonctionnalité antivol a un effet préventif. « Voler un Brekr présente des risques importants pour le voleur », explique Niels Willems. « Le mode opératoire, le lieu de recel et la destination de l’objet volé sont autant de données que l’enquêteur peut facilement trouver. C’est la raison pour laquelle de nombreux délinquants préfèrent ne pas s’en prendre au Brekr. »

Les primes d’assurance baissent

Le modèle commercial est aussi novateur. Le Brekr est vendu directement au grand public, avec un an de connectivité inclus. « Un montant de 100 euros pour trois ans est ensuite facturé. Mais la fonctionnalité antivol débouche sur une réduction des primes d’assurance mensuelles. En fin de compte, le client est gagnant. C’est la raison pour laquelle nous nous attendons à ce que presque tout le monde continue d'utiliser cette fonctionnalité intelligente à l'issue de la première année. »

Les besoins du client en matière d’entretien et d’assurance sont également une priorité. Niels Willems : « Comme pour la connectivité, il s’agit de modules complémentaires proposés pour le Brekr. Le client signe par exemple un contrat de maintenance et nous lui rendons régulièrement visite, où lorsque cela est nécessaire. »

L’assurance est fournie via l’ANWB. Un acteur qui a une grande expérience des concepts d’assurance novateurs et qui travaille depuis plusieurs années avec KPN dans le domaine de la traçabilité des vélos. Niels Willems : « Nous recevons une commission sur la prime mais ne souhaitons pas faire de bénéfice lors du remplacement des deux-roues motorisés volés. C’est pour cette raison que le prix reste bas pour les assureurs en cas de remplacement avec un Brekr neuf. À compter de la date d’entrée en vigueur de l’assurance, les clients ont droit pendant trois ans à un nouveau Brekr à titre de remplacement. »

BREKR 09

Moins de maintenance

La partie la plus onéreuse du Brekr est sa batterie. Le deux-roues motorisé peut embarquer deux batteries amovibles d’une capacité de 2,0 kWh chacune. « Même lorsque les circonstances ne sont pas idéales, l’autonomie est de 100 km », affirme Niels Willems. « La batterie compte un grand nombre de détails techniques sophistiqués, tels qu’un système de gestion de batterie (BMS) avancé qui offre notamment une protection contre les surcharges, les courts-circuits et les tensions incorrectes. La force de freinage est en outre récupérée, ce qui signifie une économie de 7 à 15% et augmente ainsi le rayon d’action de la batterie. »

Le rayon d’action n’est donc pas une raison poussant à opter pour un deux-roues motorisé équipé d’un moteur à combustion. « L’entraînement électrique du Brekr réduit en outre le besoin d’entretien », ajoute Niels Willems. « Le moteur comporte moins de pièces en mouvement et il n’y a ni filtres ni huile. Et pour encore plus de facilité, le client peut faire entretenir et réparer son Brekr où il le souhaite. Par exemple à son domicile ou sur son lieu de travail. »

Un bruit caractéristique

Un autre avantage des véhicules électriques est qu’ils ne produisent que très peu de nuisance sonore. « La conduite est agréable mais peut entrainer des situations dangereuses étant donné que les autres usagers ne vous entendent pas arriver », explique Niels Willems. « C'est aussi gênant pour celui qui conduit. Les cyclistes et piétons devant vous ne vous voient pas et ne vous entendent pas, ce qui vous oblige à les avertir verbalement ou klaxonner. Les autres usagers de la route n’apprécient pas non plus. »

« Nous avons donc doté le Brekr d’un bruit caractéristique », poursuit l’entrepreneur. « Nous faisons vibrer une plaquette située à la base du deux-roues motorisé à l'aide d'un « shaker ». Un peu comme un haut-parleur qui amplifierait un bruit de moteur électrique. Ce « shaker » est beaucoup moins sensible aux pannes qu’un véritable haut-parleur fabriqué en papier et caoutchouc. Le bruit est généré en fonction de la vitesse et de la manette des gaz, comme pour un vrai moteur. Pour éviter un son monotone ennuyeux. »

Lancement commercial rapide

Le Brekr est un deux-roues motorisé électrique complet mais cela ne veut pas dire que son développement est terminé. L’application continue de s’enrichir de nouvelles fonctionnalités. Un diagnostic à distance est aussi en projet. « Vous pourrez ainsi établir à distance les problèmes techniques et déterminer s’il est nécessaire d’envoyer un monteur. Nous avons également prévu cette possibilité dans l’aménagement technique du Brekr. »

N’aurait-il pas été préférable d’achever tous ces développements avant le lancement sur le marché ? « Notre choix a été délibéré », répond Niels Willems. « Il s’agit d’un marché en pleine croissance où la concurrence est très active. Il est donc essentiel de commercialiser les produits sous des délais les plus courts possible. Dans un tel trajet d’innovation, l’entrepreneur doit bien réfléchir aux fonctionnalités qui ne sont pas immédiatement indispensables au succès commercial. Et avec le Brekr, le client recevra finalement plus que ce pour quoi il aura payé. »

Niels Willems a encore une leçon qu'il a tirée à communiquer aux entrepreneurs. « Pour vous démarquer, il faut penser en dehors des cadres établis. C'est très difficile. Chaque créateur de deux-roues motorisé commence par dessiner deux roues, puis le réservoir de carburant. C’est un automatisme. Il faut revenir à l'essentiel : quels sont les défis lancés par le client et comment les relever avec succès ? N’ignorez jamais les idées les plus farfelues qui ont fusées lors d’une séance de brainstorming, mais essayez plutôt de voir ce qu’elles contiennent vraiment. »

More articles

Vous avez des questions ou souhaitez en savoir plus sur ce que nous pouvons faire pour vous ?

Contactez-nous
Have a question? Let's get in touch!